Métaphysique


Métaphysique
Métaphysique
    Les notions aristotéliciennes fondamentales, substance et accident, cause et effet, matière et forme, cause finale, avaient pour essentielle destination chez leur auteur de boucler en quelque manière l’expérience en introduisant dans l’univers mouvement, unité et continuité. Mais, passées à l’épreuve de l’expérience, elles sont critiquées et transformées par Occam de manière à devenir incapables de jouer ce rôle. La substance, d’abord (et la remarque avait été faite par Plotin), n’est connue que par des caractères généraux ; elle est ce qui subsiste en soi, ce qui n’est pas en autre chose, ce qui est sujet des accidents ; autant de caractères qui laissent ignorer ce qu’elle est en soi : la seule donnée de l’expérience, ce sont les qualités ou propriétés ; ce que nous connaissons du feu, c’est la chaleur. Il y a, dit-on, entre la substance et sa propriété un lien de cause à effet, si bien que l’on pourrait conclure de l’une à l’autre. Ce lien consiste évidemment en ce que, « si la chose absolue (cause) est posée, l’effet est posé, et si elle n’est pas posée, l’effet n’est pas posé non plus » : cause et effet sont donc deux choses différentes : or « jamais la connaissance d’une chose simple n’est la cause suffisante de celle d’une autre chose simple » ; car la connaissance d’une chose ne peut venir, médiatement ou immédiatement, que de cette chose même et non d’une autre ; entre la notion de la cause et celle de l’effet, il n’y a aucun autre lien que celui que l’expérience a établi ; l’expérience nous révèle que la chaleur a la puissance d’échauffer ; mais nous ne connaissons rien dans la chaleur qui exige cet effet. Occam ne nie pas le principe de causalité et sa valeur ; mais il nie que nous puissions connaître en un être une puissance active, c’est-à-dire quelque chose qui, en lui, se réfère à un être autre que lui ; la connaissance d’un être se termine à lui-même.
    C’est ce principe même qui amène Occam à transformer très profondément la notion de matière et de forme. Pour Aristote, on le sait, tout devenir a lieu, dans la matière, de la privation à la forme ; sous le nom de privation, il introduit une réalité qui se réfère à ce qui n’existe pas encore, à la forme ; Occam, au contraire, ramène la privation à la matière ; la privation n’est qu’une expression métaphorique pour désigner la matière. Restent donc purement et simplement la matière et la forme. Mais la matière, chez Aristote, est essentiellement être en puissance ; rien de pareil chez Occam, pour qui l’être en puissance ou être indéterminé ne peut pas du tout exister ; la matière existe en acte, comme tout être de la nature ; mais par là, Occam prive la matière de la fonction qu’elle avait chez Aristote ; car, en tant qu’être en puissance, elle aspire à la forme et devient ainsi, dans l’univers, un principe de continuité et d’union ; si elle est un être en acte, il n’y a rien en elle qui exige la forme ; indépendante de celle-ci, elle ne change nullement en s’unissant à elle : que la matière soit inséparable de la forme, c’est un fait universel ; en fait, l’expérience ne donne jamais que des composés concrets où forme et matière, indissolublement unies, ne peuvent être séparées que par analyse ; mais cette union n’a en soi rien d’intelligible.
    Aristote avait été conduit, par ses principes, à la notion d’une matière première, entièrement indéterminée, et dénuée même de quantité ou d’étendue ; la quantité n’est qu’un accident qui vient s’ajouter à la matière : Occam ne peut du tout accepter cette matière indéterminée ; il en résulterait que ce que l’on tient pour un accident, la quantité, serait le principe de distinction des êtres ; ou alors, il faudrait supposer que, la quantité supprimée, les êtres restent distincts, ce qui revient à dire qu’ils sont situés, dans l’étendue, les uns par rapport aux autres, et, donc, que la quantité n’a pas été effectivement abolie. « L’étendue ou quantité ne désigne donc pas une réalité absolue ou relative, en dehors de la substance et de la qualité, mais elle est une voix ou concept qui désigne principalement la substance, et qui connote plusieurs autres choses, parmi lesquelles peut être le mouvement local. »
    Avec la critique de la cause finale, Occam s’attaque au point central de la métaphysique aristotélicienne. « On est en doute, écrit-il, sur la causalité de la cause finale ; on dit communément que cette causalité est capable de mouvoir un agent ; mais mouvoir, pour elle, veut dire seulement que la fin est aimée par l’agent ; d’où suit que ce mouvement n’est pas réel, mais métaphorique. » D’autre part, l’uniformité d’action que l’on constate dans les êtres de la nature ne permet pas de prouver en eux l’action d’une cause finale. Ainsi achèvent de s’effriter, grâce à l’empirisme d’Occam, toutes les notions qui faisaient l’armature de l’univers d’Aristote.

Philosophie du Moyen Age. . 1949.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • MÉTAPHYSIQUE — À la physique, qui étudie la nature, on oppose souvent la métaphysique. Celle ci est définie soit comme la science des réalités qui ne tombent pas sous le sens, des êtres immatériels et invisibles (ainsi l’âme et Dieu), soit comme la connaissance …   Encyclopédie Universelle

  • Metaphysique — Métaphysique La métaphysique est une branche de la philosophie qui étudie les principes de la réalité au delà de toute science particulière. Elle a aussi pour objet d expliquer la nature ultime de l être, du monde, de l univers et de notre… …   Wikipédia en Français

  • metaphysique — Metaphysique. s. f. Les premiers principes de connoissance, les idées universelles, les estres spirituels. Traité de Metaphysique. il y a bien de la Metaphysique dans cet ouvrage. Metaphysique, est aussi adjectif, Qui appartient à la Metaphysique …   Dictionnaire de l'Académie française

  • métaphysiqué — métaphysiqué, ée (mé ta fi zi ké, kée) adj. Qui a pris un caractère trop métaphysique. •   Votre physique [Aristote] n est qu un amas de termes abstraits qui n expliquent point la nature du corps ; c est une physique métaphysiquée, FÉN. t. XIX, p …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • métaphysique — MÉTAPHYSIQUE: En rire : c est une preuve d esprit supérieur …   Dictionnaire des idées reçues

  • Métaphysique — Pour les articles homonymes, voir Métaphysique (homonymie). La métaphysique est une branche de la philosophie et de la théologie qui porte sur la recherche des causes, des premiers principes[1]. Elle a aussi pour objet la connaissance de l être… …   Wikipédia en Français

  • métaphysique — (mé ta fi zi k ) s. f. 1°   Partie de la philosophie, définie différemment suivant les différentes époques : dans l antiquité, doctrine de l être ou de l essence des choses, considérée indépendamment des propriétés particulières ou des modes… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • MÉTAPHYSIQUE — s. f. Science qui traite des facultés de l entendement humain, des premiers principes de nos connaissances, et des idées universelles. Traité, cours de métaphysique. Il y a une bonne, une saine métaphysique dans cet ouvrage. S enfoncer dans les… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • MÉTAPHYSIQUE — n. f. Partie de la philosophie qui traite des premiers principes de nos connaissances et des idées universelles. Traité, cours de métaphysique. MÉTAPHYSIQUE est aussi adjectif des deux genres et signifie Qui appartient à la métaphysique.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • MÉTAPHYSIQUE —     Trans naturam, au delà de la nature. Mais ce qui est au delà de la nature est il quelque chose ? Par nature on entend donc matière, et métaphysique est ce qui n est pas matière.     Par exemple, votre raisonnement, qui n est ni long, ni large …   Dictionnaire philosophique de Voltaire


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.